Usman Dan Fodio, ses débuts

“(…) Élevé dans une famille d’érudits malikites, son père est un imam du clan Totonkawa du Fouta Toro (Sénégal). Familiarisé avec le Coran, étudiant aussi la grammaire, la poésie, le droit, le Hadith, la rhétorique, l’histoire et l’exégèse coranique, il obtient avec son frère ‘Abdullahi plusieurs ijazat, ou le droit d’enseigner à son tour ce qui lui a été appris. Formé par certains des plus grands savants du pays haoussa, il avait pu bénéficier tant de l’apprentissage des cercles soufis que des sciences enseignées à Médine au travers de l’imam Jibrīl qu’il côtoya avant et après son retour d’Arabie. C’est cette formation qui va permettre à Usman dan Fodio de se forger une identité islamique forte et solidement ancrée. Environnement soufi oblige, il est aussi très tôt introduit auprès des confréries Qadariyya, Khalwatiyya et Shadilliyya. A ses 20 ans seulement, Usman Dan Fodio commence déjà à prêcher l’islam aux siens, accompagné le plus souvent par son frère. Il va procéder ainsi pendant près de douze ans. Sermonnant les fidèles en haoussa comme en peule, on lui reconnaît partout sa conciliance et son érudition. Évitant la promiscuité avec les autorités, son attention est alors directement portée aux foules. Puisque l’islam est connu depuis plus de trois siècles en son pays, il ne s’agit pas de leur enseigner les bases de l’islam mais plutôt d’avancer un enseignement approprié aux réalités sociales propres à son espace et à son temps. (…)”

Renaud K.


La suite est à lire dans le N°1 de Sarrazins, à précommander ici :

Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.