Uhud, défaite et désillusion

En 626 de l’ère chrétienne, un an après la bataille de Badr – première des batailles de l’Islam – les musulmans fraîchement installés à Médine avaient à combattre une nouvelle fois les polythéistes de La Mecque. Car ils avaient été très largement défaits à Badr, et ce, malgré une conséquente supériorité numérique, les Mecquois étaient alors décidés à venger leurs défunts. Partant à la rencontre des musulmans près d’un mont nommé Uhud, à quelques kilomètres de Médine, les Mecquois alliés aux juifs de Médine étaient cette fois trois fois plus nombreux que la précédente. Ils sont 3000 quand les musulmans ont pu rassembler moins de 700 âmes. Confiants, les musulmans prendront d’abord l’avantage; les coups fusent de part et d’autre et les Mecquois perdent autant d’hommes que la fois dernière. Ils reculent. Stationnés sur le mont, pensant la victoire proche, les archers font alors la grave erreur d’abandonner leur position dans l’idée de se ruer sur une partie du butin déjà laissée par les adversaires. C’est là que le cours de la bataille s’inverse et que les musulmans, distraits, avaient eu à faire face au reste de l’armée mecquoise partie les charger en retour. Cherchant à atteindre le Prophète Muḥammad ﷺ, ils avaient réussi à blesser ce dernier au visage et aux dents, quand son propre oncle, Hamza, fut tué près de lui. Après de trop nombreux morts – près de 70 – la retraite fut décidée du côté musulman. Les musulmans perdaient là leur première bataille. Il est à noter que deux des futurs plus grands généraux de guerre et conquérants de l’Islam figuraient là parmi les Mecquois alors qu’ils n’étaient pas encore convertis à l’islam : Khālid ibn al-Walīd et Amr ibn al-ʿĀṣ. Des versets du Coran seront suite à cet épisode révélés, rendant les musulmans responsables de leur désarroi du fait d’avoir préféré les bienfaits mondains au reste. Une mosquée au nom d’Hamza a depuis été élevée à l’endroit même de la bataille.

Renaud K.


Pour en savoir plus :

  • William Montgomery Watt, Muhammad, Prophet and Statesman, London/Oxford/New York, Oxford University Press, 1961, 250 p.
  • Robinson, C. F. “Uhud”. In P.J. Bearman; Th. Bianquis; C.E. Bosworth; E. van Donzel; W.P. Heinrichs (eds.). Encyclopaedia of Islam Online. Brill Academic Publishers
  • Ṣafī al-Raḥmān Mubārakfūrī, Le Nectar cacheté, 1979, réédité par Maison d’Ennour.
Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.