L’islam à Hong-Kong

Posted on Posted inHistoire

Hong Kong est l’une des dernières cités au monde à avoir connu l’islam en son sol. Si, présence musulmane oblige dans le reste de la Chine, Hong Kong a certainement vu des adeptes de l’islam la traverser durant tout le moyen-âge, il faut en effet attendre le milieu du 19e siècle chrétien pour y voir de premiers installés. Hong Kong est alors à cet instant l’une des nombreuses colonies britanniques d’Asie. Pour y maintenir sa suprématie, la couronne d’Angleterre y fait venir des militaires venus d’ailleurs, d’Inde plus précisément. Beaucoup sont alors musulmans. Car il leur fallait un lieu pour prier, les Britanniques leur font construire des mosquées : la Jamia et la Stanley. Ainsi s’élevaient les premières mosquées de la ville. Mais à ces musulmans servant le royaume britannique allaient suivre d’autres. Venus de Chine puis d’Indonésie ou de Perse, ils cherchent dans Hong Kong de quoi faire fructifier leurs affaires et profiter d’une mer devenue un passage de tous les navires. Ils sont alors si nombreux à migrer à Hong Kong que les autorités britanniques leur cèdent des terrains afin de mieux s’y établir. Des commerces halal apparaissent, ainsi que des cimetières et d’autres mosquées. Bien que minoritaires, les musulmans y forment bientôt l’une des nombreuses communautés – prospères – de la ville; l’entente avec les autorités passe pour être très cordiale. Bien plus tard, en 1400H (1980), une Fédération islamique est ainsi fondée quand de premières écoles islamiques apparaissent. Des conversions suivent ici et là. On compte désormais à Hong Kong quelque 300 000 musulmans. 

Renaud K.


Pour en savoir plus :

  • Weiss, Anita M. (July 1991), « South Asian Muslims in Hong Kong: Creation of a ‘Local Boy’ Identity », Modern Asian Studies, 25 (3): 417–53
  •  Wai-Yip Ho (2013). Islam and China’s Hong Kong: Ethnic Identity, Muslim Networks and the New Silk Road. Routledge. 
  • O’Connor, Paul (2012), « Islam in Hong Kong: Muslims and Everyday Life in China’s World City », Hong Kong University Press.