Le règne des Qarmates

“(…) A la sortie du 3e siècle de l’hégire (9e siècle chrétien), alors que la dynastie chiite des Fatimides défie directement l’autorité abbasside de Bagdad en déclarant son propre Califat depuis l’Afrique du Nord, un autre mouvement va au même moment s’accaparer toute l’attention depuis la Péninsule arabique. On les appellent les Qarmates. Professant une forme radicale d’ismaélisme, lui-même un courant du chiisme (…) Ils parviennent (…) à l’entrée du 10e siècle chrétien à occuper une partie de la Syrie et s’en prennent même à Damas (…). Refusant de prêter allégeance aux Fatimides (…) l’homme fort des Qarmates de l’instant, Abū Ṭāhir, fait même voeu de capturer Bagdad depuis son fief au Bahreïn. En 317H (930), La Mecque est sous ses ordres (…) attaquée, et en plein pèlerinage; des musulmans y sont massacrés par centaines et les Qarmates vont jusqu’à remplir les puits de la cité avec le cadavre des défunts. Pour mieux préfigurer la fin de l’islam qu’ils cherchent à précipiter, les Qarmates arrachent la Pierre Noire de la Kaʿba et l’emportent avec eux. L’année suivante, Abū Ṭāhir passe le pouvoir à un jeune Persan d’Ispahan dans lequel il croit reconnaître le mahdi attendu. La date est d’ailleurs choisie afin de coïncider avec le 1500e anniversaire après Zoroastre, qui devait être celui de la restauration du règne des Mages d’après des prophéties anté-islamiques. Le Persan devenu l’imam des Qarmates ne fait pas dans la demi-mesure : il ordonne aussitôt de maudire tous les prophètes et d’adorer le feu. (…)”

Cet extrait est à retrouver dans notre ouvrage “Les 101 grands moments de l’Islam”, en vente ici :

https://www.sarrazins.fr/categorie-produit/nos-ouvrages/
Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.