Le Coran de Birmingham

A l’université de Birmingham se trouve l’un des plus anciens – le plus ancien selon certains – manuscrits coraniques de l’histoire. Il s’agit de deux feuillets de parchemin provenant de la bibliothèque de l’homme d’affaires et philanthrope Edward Cadbury, que les spécialistes se sont longtemps arrachés afin d’en faire l’étude. On y retrouve des fragments des sourates 18 à 20, écrits à l’encre, en calligraphie hijazi. Très lisible, le texte comporte quelques points diacritiques, ainsi qu’une séparation des sourates et une numérotation des versets. Rien d’étonnant quand l’on sait que le Coran est ainsi présenté à ses lecteurs depuis l’ajout de ces éléments entre la fin du premier siècle hégirien et le début du second. Sauf que les datations au carbone 14 indiquent une fabrication allant de 568 à 645 de l’ère chrétienne, soit plus d’un siècle avant les premières mises en page reconnues ainsi. Si le carbone 14 n’indique que l’âge du parchemin, qui aurait pu être plus ancien que l’encre, la plupart des spécialistes s’étant penchés sur ce manuscrit sont formels : la rédaction date bien du premier siècle hégirien. Si certains y voient un Coran rédigé sous l’ère omeyyade; le docteur Muhammad Isa Walley, conservateur en chef des manuscrits perse et turcs à la bibliothèque nationale du Royaume-Uni, va jusqu’à soutenir que la rédaction serait même antérieure à la première recension du Coran réalisée sous ʿUthmān ibn ʿAffān, compagnon et troisième calife de l’islam ayant régné de 23H à 35H (644 à 656);

 

Renaud K.


Pour en savoir plus :

  • Dan Bilevsky, The New York Times, « A Find in Britain : Quran Fragments Perhaps as Old as Islam », 22 juillet 2015.
  • Dutton, Y. (2017). Two ‘Ḥijāzī’ Fragments of the Qurʾan and Their Variants, or: When Did the Shawādhdh Become Shādhdh?, Journal of Islamic Manuscripts, 8(1), 1-56
  • https://en.wikipedia.org/wiki/Birmingham_Quran_manuscript 

 

Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.