Le Caucase, cimetière des Russes

“(…) Entre temps et tout au long du 19ème siècle chrétien, la Russie a également poussé ses pions en deux autres régions – toujours dans le cadre de son orientation coloniale vers les “mers chaudes” et de sa lutte pour la suprématie de la croix sur l’islam : le Caucase et l’Asie centrale. Dans le Caucase du Nord, d’abord, la Russie rencontre une farouche opposition des peuples musulmans de la région : à l’Est, la résistance commence dès 1233H (1818), lorsque le général Iermolov fonde plusieurs forteresses en terre tchétchène, dont Grozny. Elle durera plus de quatre décennies et s’étendra sur le règne de trois tsars, ce qui en fait la plus longue des guerres que la Russie ait eu à conduire durant son histoire. “Ici en Tchétchénie, tout s’est ligué contre nous ; et le caractère du peuple, et sa vie publique, et le terrain”, lâchera même, désabusé, un officier du tsar. Partout, les troupes orthodoxes font face à une féroce résistance successivement menée par Sheykh Manṣūr, Beibulat Taimin, qui réussit à repousser l’armée qui a vaincu Napoléon, le mollah Ghāzī ou encore et surtout le légendaire imam Shāmil, charismatique moine-guerrier qui parvient un temps à unir les peuples musulmans de la montagne en un Imamat du Caucase et mène la rébellion islamique de 1250H à 1275H (1834 à 1859). (…)”

‘Issa Meyer

L’intégralité de ce dossier est à retrouver dans le N°6 de Sarrazins, en vente ici :

Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.