L’arrivée dʿUmar ibn al-Khaṭṭāb à Jérusalem

Posted on Posted inEn bref

Occupée par des Byzantins puis par des Perses, Jérusalem est conquise en 17 de l’hégire (638) par les musulmans, alors sous les ordres du deuxième calife de l’islam, ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb. La ville est prise sans violence, les dignitaires chrétiens leur font un accueil plutôt favorable; on offre au calife les clés de la ville qui est même invité à faire ses prières dans l’Église de la Résurection. Mais c’est en fait Ilia que les musulmans ont conquis, sa voisine nouvellement édifiée par les Romains après la destruction de Jérusalem six siècles plus tôt. De cette dernière il ne restait que des ruines. Comme pour mieux humilier les juifs, les autorités avaient alors fait du Temple cher aux juifs un dépotoir dans lequel les eaux usées s’étaient écoulées depuis des siècles. Ilia est cependant très vite agrandie, pour finalement intégrer l’ancienne Jérusalem, qui renait ainsi de ses cendres. Jérusalem réhabilitée, ʿUmar ibn al-Khaṭṭāb y fait nettoyer le Mont et ériger la Mosquée al Aqsa ; les juifs sont grâce aux musulmans réautorisés à y entrer afin d’accomplir leurs rites. Certains juifs étaient allés jusqu’à voir en ʿUmar un véritable libérateur mettant fin au cycle des persécutions anti-juives ; pour d’autres, il était l’instigateur de la reconstruction du Temple de Salomon comme prédit dans leurs écrits.

Renaud K.