Ibn an Nafis, médecin des corps et des coeurs

Posted on Posted inPortraits

Alaa ud Din Ali ibn Abu al Hazm al Qurashi, connu sous le nom d’Ibn an Nafis, était l’un des hommes de savoirs les plus fameux du 13ème siècle chrétien. En médecin, il avait découvert la petite circulation sanguine et été l’un des plus grands commentateurs d’Ibn Sina (Avicenne); en homme de religion, il avait été un reconnu professeur de droit chaféite.

C’est dans les environs de Damas, un jour de 606 de l’hégire (1210), que le futur savant naquit. Apprenant la médecine auprès des meilleurs spécialistes à l’hôpital al Nuri, fondé le siècle passé par Nur ad Din al Zangui, il étudie aussi de son côté les ouvrages d’Al Razi, Ibn Sina et du Juif Maïmonide. Reconnu de ses pairs, il devient alors à terme, dans ledit hôpital un enseignant et superviseur respecté. C’est âgé de 25 ans qu’il est retrouvé au Caire, en Egypte, où, réclamé par les autorités ayyoubides, il officie en chef à l’hôpital Al Nassiri comme à l’hôpital Al Mansuriya. Il s’y fait aussi l’enseignant du célèbre chirurgien Ibn al Quff al Masihi.

Adoptant la dissection comme méthode de travail, Ibn an Nafis aboutit ainsi à une découverte majeure : celle de la petite circulation sanguine. En somme, il découvre non seulement le mouvement du sang dans les artères coronaires mais aussi celui vers les poumons pour les fournir en air. Il rend compte également de l’inexistence de l’air ou de sédiments dans les artères pulmonaires, contredisant ainsi le célèbre Grec Galien. Il a dans une logique continuité été le premier à décrire correctement les poumons, les bronches et prouver l’interaction existant entre les vaisseaux et le sang.

Prenant la plume, il sera l’auteur de nombreux ouvrages et commentaires. Il y a d’abord le Sharh Tashrih al Qanun, soit un Commentaire du Canon d’Ibn Sina, dans lequel il n’hésite pas à se faire le plus acerbe des critiques du savant perse, offrant encore ses propres vues dans les domaines de l’anatomie, de la pathologie et de la pharmacologie. Il y a encore Al Kitab Al Shamel fil Tibb, une Encyclopédie médicale de 300 volumes, mais qu’il ne sut achevée en raison de sa mort; un Traité d’ophtalmologie, Al Madhhab Fil Kohl; un Abrégé sur la loi, Mujaz al Qanun, un plus petit résumé du Canon d’Ibn Sina; Al Mukhtar fil Aghdhiya, un Livre sur les effets du régime sur la santé; des Commentaires sur les Aphorismes et les Epidémies du savant antique et grec, Hippocrate.

Ne se mariant jamais, Ibn al Nafis aura passé sa vie à apprendre et enseigner. En matière d’islam, il s’était fait une spécialité d’étudier le droit chaféite, l’une des quatre écoles de fiqh et école prédominante en Egypte et en Syrie. On lui doit ainsi un commentaire de At Tanbih, oeuvre majeure de l’imam Ash Shirazi, et un commentaire d’Al Mujaz, autre titre de droit chaféite. Certains de ses propres commentaires feront même école, faisant de lui un mujtahid du madhab chaféite. Il publiera aussi Ar Risala al Kamiliyya fi as Sira al Muhammadiyya. Edité en Europe et en latin sous le nom de Theologus Autodictus, ce livre est considéré comme l’un des premiers romans mêlant philosophie, science et fiction, dans le même genre que l’oeuvre la précédant d’Ibn Tufayl, Hayy ibn Yaqdhan. Ibn al Nafis y place là son héros, Kamil, au centre d’une histoire pour l’époque très originale : l’enfant, généré seul sur une île déserte, atteint par la raison et l’expérience la vérité muhammadienne avant d’être au centre d’une intrigue invitant à une réflexion sur le futur. Il rédigera même un ouvrage sur les fondements du hadith, Mukhtasar fi ilm usul al Hadith.

Ibn al Nafis va encore être l’auteur un ouvrage de grammaire arabe et s’intéresser à la logique, ceci en commentant d’autres oeuvres d’Ibn Sina, telles Al Hidaya et Al Isharat. D’Ibn Sina, il fera encore le commentaire d’Al Shifa, oeuvre magistrale traitant tant de médecine, d’astronomie, de mathématique que de logique et de foi.

Savant complet et précurseur en matière de médecine, ses observations (ou raisonnements ?) précédant les travaux des médecins Servet, Valverde ou Colombo ne seront cependant que tardivement reconnues. En effet, il faudra attendre 933H (1527) pour que son Commentaires du Canon d’Ibn Sina soit traduit en latin, par Andra Alpago de Belluno. Certains estiment cependant que les savants susmentionnés avaient eu vent des avancées du savant arabe, faisant d’Ibn Sina le possible pont ayant permi à la transmission de certains des plus importants savoirs du monde arabe au monde chrétien.

 

Renaud K.


Pour en savoir plus :

 

http://www.muslimheritage.com/article/ibn-al-nafis-pulmonary-circulation

http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/ibnalnafis.html

https://www.encyclopedia.com/science/dictionaries-thesauruses-pictures-and-press-releases/ibn-al-nafis