Hārūn ibn Mūsa al-A’war, ce juif devenu spécialiste du Coran

Posted on Posted inEn bref

Hārūn ibn Mūsa al-A’war est l’un des plus grands érudits de l’Islam du second siècle de l’hégire. Spécialiste de la langue arabe, il avait fait ses classes à Basra, en Irak, fief des lexicographes arabisants de l’époque. Nous sommes autour de l’an 760 du calendrier chrétien et l’homme se fait connaître par ses travaux sur les façons de réciter le Coran et ses variantes (qira’at); il est alors le premier compilateur – officiel – des récitations coraniques encore aujourd’hui reconnues. Toutes les autres furent d’après ses travaux bannies et depuis oubliées, avant d’être travaillées et diffusées par d’autres de ses contemporains. Reconnu de l’ensemble de ses pairs, il avait eu pour élève le non moins fameux Sibawayh, père – perse – de la grammaire arabe. Décédé vers 170H (786), Hārūn ibn Mūsa al-A’war avait aussi eu pour particularité de ne même pas avoir grandi dans l’islam. Juif de parents juifs, il s’était en fait converti à l’islam à l’âge de la raison, gagnant peu après les cercles savants des érudits musulmans au moment où les Abbassides prenaient le relais des Omeyyades en Orient.

 

Renaud K.


  • Ignác Goldziher, Schools of Koranic commentators, pg. 26. Wiesbaden: Harrassowitz Verlag, 2006.
  • Nāṣir ibn Muḥammad Mani’, Hārūn ibn Mūsá al-A‘war, manzilatuhu wa-āthāruhu fī ‘ilm al-qirā’āt. Riyadh: Dār Kunūz Ishbīlyā lil-Nashr wa-al-Tawzī‘, 2008. 1st ed
  • Theodor Nöldeke, Friedrich Schwally, Gotthelf, The history of the Qurʾān, Bergsträßer, Otto Pretzl ; edited and translated [from the German] by Wolfgang H.