Extrait Sarrazins N°4 I Fondation de Bagdad, in “Les Abbassides, en dates”

“(…) Bâtie sur ordre du calife Abū Jafar al-Manṣūr en 145 de l’hégire (762), Bagdad (…) mit quatre ans pour voir ses 100 000 ouvriers l’élever. Son plan est alors original : protégée par un fossé de vingt mètres de large et d’une double enceinte comportant 114 tours, la ville est parfaitement ronde. Au centre se trouvent encore le palais et son dôme de presque 50 mètres de haut, la mosquée et les casernes, tandis que la ville habitée constitue un anneau d’un peu moins de 200 mètres de large entre les deux remparts. Au total, au-delà des dépenses personnelles de chacun, le calife al-Manṣūr avait dépensé plus de 4 millions de dirhams pour sa construction. (…) Chaque quartier était alors divisé selon le groupe ethnique de chacun et dirigé par un chef; chaque métier avait sa rue, ses commerces et un chef de la police inspectant les prix et mesures. Agrandie plus encore sous Hārūn al-Rashīd, c’est la famille des Barmakides, des Perses islamisés, qui y tiennent après le pavé, contribuant par leur mécénat à faire de Bagdad le pôle culturel de la région. Plus tard, sous al-Maʾmūn, de nouvelles bâtisses et mosquées, un zoo et même un hippodrome y sont construits. Les savants de tout le monde musulman se bousculent à Bagdad et l’on date la fondation de la Maison de la sagesse à ce moment. (…) Capitale du califat, cité des savoirs, Bagdad est aussi très vite devenue un carrefour commercial majeur. Située sur la route de la soie, reliée à l’Inde, la Perse, le Yémen, l’Afrique et à la Scandinavie et ses Vikings, Bagdad est l’endroit où trouver les matières, biens et objets les plus recherchés. Sous le calife al-Muqtadir, des oeuvres architecturales impressionnantes y sont encore bâties : dans l’un des jardins palatiaux se trouvait un étang de mercure sur lequel voguaient des bateaux dorés, quand un autre étang abritait un arbre d’argent. On pouvait encore trouver dans le zoo de la ville une centaine de fauves et quelque 23 palais dans l’ensemble palatial al-firdaws. La mosquée al-Manṣūr, l’une des plus grandes du monde islamique d’alors, se trouvait à Bagdad, elle pouvait accueillir plus de 64 000 personnes. (…) Charlemagne fait ainsi partie de ces souverains d’Occident qui traite avec la Cité en y envoyant ses hommes (…). Peuplée de près d’un million d’habitants entre les 9 et 10e siècles chrétiens, Bagdad fait ainsi figure de cité aux mensurations immenses (…).” 

 

Consultez l’intégralité de l’article “Les Abbassides en dates”, dans le n°4 de Sarrazins, à commander ici :

Sarrazins N°4

Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.