Etudier sous l’empire ottoman

Posted on Posted inEn bref

En 972 de l’hégire (1565), un décret impérial imposait l’étude de certains ouvrages aux élèves souhaitant entrer dans les écoles officielles. Sur les 39 titres retenus, 3 étaient des ouvrages de langue arabe, 5 des livres sur les fondements du droit (usul al fiqh), 7 des livres sur les branches du droit (furu al fiqh), 12 titres étaient des ouvrages de hadith et 12 autres des exégèses (Tafasir) du Coran. Parmi les oeuvres à apprendre pour espérer devenir les juges (qadi), gouverneurs et muftis de Jérusalem, Damas ou Istanbul de demain figuraient ceux-ci :

 

Le Qamus du lexicographe al Fairuzabadi (m.816H/1414), ouvrage majeur en langue arabe ; Al Kashshaaf du perse al Zamakhshari (m.1144), exégèse aux relans mu’tazilites dont les commentaires imposés, notamment celui de Sharaf al din al Tibi (m.743H/1342), servaient à corriger certains points de vue ; les Sahih de Muslim et Bukhari, avec les commentaires de ce dernier d’Ibn Hajar (m.853H/1449) et Badr al-Din al Ayni (m.857H/1453) ; le classique du fiqh hanafite qu’est Al Hidayah, de Burhan al-Din al-Farghani al-Marghinani (m.593H/1197), accompagné lui encore de plusieurs de ses commentaires ; Al Jami fi Ahkam al Qurʾan, célèbre exégèse coranique d’al Qurtubi (m.671H/1273) ; le recueil d’avis juridiques, Al fatawa al Khaniyya, de l’imam Hassan ibn Mansur “Qadi khan” (592H/1196) ; Al Durr Al-Manthur, un autre célèbre exégèse du Coran de Jalal al Din al Suyuti (911H/1505) ; ou encore Masabih al Sunnah, recueil tardif de hadith du savant chaféite al Baghawi (m.515/1122). An Nawawi et Ibn al Athir comptaient encore parmi les autres savants ici plébiscités.

 

Renaud K.

 


Pour en savoir plus :

Ahmad Shahab et Nenad Filipovic, The Sultan’s Syllabus: A Curriculum for the Ottoman Imperial medreses Prescribed in a fermān of Qānūnī I Süleymān, Dated 973 (1565)