Et la seringue fut

Posted on Posted inEn bref

Les médecins musulmans ont été durant le moyen-âge à la pointe en matière d’optique et d’ophtalmologie. Développeurs de verres optiques et les premiers à avoir détaillé le fonctionnement de l’oeil, ils seront les meilleurs chirurgiens de la cataracte depuis l’Antiquité. Au passage de l’an mille du calendrier chrétien, un ophtalmologue va concevoir un objet qui n’a depuis plus jamais quitté le milieu de la médecine générale : la seringue. Il se nomme Abu al-Qāsim ʿAmmār al-Mawṣilī et s’est déjà fait connaître par un ouvrage rédigé sous le règne du calife fou des Fatimides d’Égypte, al-Ḥākim : Kitāb al-muntakhab fī il al-ayn, ou Le livre de choix en ophtalmologie. Afin d’aider ses patients victimes de cécité, il a alors l’idée osée d’aspirer la cataracte de l’oeil des intéressés. Confectionnant son objet pourvu d’une tige métallique creuse, il réalise avec succès, une première opération de la cataracte sur un patient s’étant proposé en cobaye de l’instant. Il répétera selon ses dires l’opération sur de nombreux patients venus de toute l’Égypte jusqu’à sa mort.

 

Renaud K.


Pour en savoir plus :

  • 1001 inventions, Salim T. S. al-Hassani, National Geographic
  • Mittwoch, E., “ʿAmmār al-Mawṣilī”, in: Encyclopédie de l’Islam.
  • Une histoire de la science arabe, Ahmad Djebbar, 2001, Seuil