Des Vikings en al-Andalus, part. 2

Posted on Posted inEn bref

Après une première attaque de Lisbonne et Séville, violente, mais finalement repoussée, les Vikings sont une seconde fois croisés au large d’al-Andalus en plein milieu du 3e siècle de l’ère islamique. Soucieux d’entrer dans une mer Méditerranée où devraient les attendre monts et merveilles, ces Norrois-là obéissent cette fois à un chef puissant répondant au nom de Hasting. Guerrier emblématique de l’âge d’or viking, il se laisse accompagner dans ses pérégrinations par le jeune et futur roi suédois, Björn, fils du légendaire Ragnar Lothbrock. Ensemble, après avoir pillé les cités côtières de l’Empire franc aux mains des petits-enfants de Charlemagne, ils lancent de multiples raids contre Lisbonne, Porto et Cadix, avant de pénétrer par les voies d’eau douce l’Émirat d’al-Andalus en s’attaquant à Séville, et même, à la capitale des musulmans de l’Ouest, Cordoue. Regagnant la mer aussi vite après avoir obtenu le butin désiré, ils franchissent finalement les colonnes d’Hercule – le détroit de Gibraltar –  au cours de l’année 244 H (859). Mais une tempête les surprend; ils sont manu militari envoyés sur les rives de Nekor – à la croisée du Maroc et de l’Algérie – capitale d’un Émirat arabo-berbère. Aidés de 62 drakkars remplis d’hommes, Hasting et Björn vont y passer un peu plus d’une semaine, le temps de se faire un peu d’argent en rançonnant les musulmans qu’ils ont réussi à capturer. Regagnant la mer, pillant les Îles Baléares – des propriétés de l’Émirat d’al-Andalus – ainsi que Narbonne, Nîmes et Marseille, ils ont pour projet fou de piller la capitale des chrétiens, Rome. Y pénétrant feintant de vouloir faire baptiser leur chef prétendu mort – qui sautera de son cercueil face à la foule une fois au coeur de la cité – les Vikings vont y massacrer tous les religieux trouvés avant de repartir les drakkars remplis d’or, puis de se rendre compte qu’ils venaient non pas de s’en prendre à Rome, mais à une bien plus petite ville, Luna… Décidés à regagner la Scandinavie, ils s’avancent alors vers le Détroit de Gibraltar en pensant que plus aucun mal ne les touchera. Ils sont en réalité attendus par l’émir omeyyade d’al Andalus, Muḥammad Ier, et de quelques milliers de moudjahidines. L’attaque est violente et les Vikings voient la plupart de leurs navires couler dans les eaux; Hasting et Björn survivent, mais rentrent sans presque plus rien chez eux. Après cette cuisante et seconde défaite face aux forces musulmanes andalouses, plus aucun raid viking ne sera signalé dans l’Ouest musulman. Du moins jusqu’au siècle suivant. En 355 H (966) puis en 360 H (971), des guerriers norrois réapparaissent en effet sur la façade ouest de ce qui est devenu le Califat de Cordoue. Des batailles s’engagent, mais sans aucune incidence; le calife de l’instant, al-Ḥakam II, balaie les forces vikings à deux fois d’un revers de la main. Après cela, plus aucun Viking ne sera aperçu aux abords d’al-Andalus. 

 

Renaud K. 


Pour en savoir plus :

  • Jon Stefansson, “The Vikings in Spain. From Arabic (Moorish) and Spanish Sources”, in Saga-Book of the Viking Club, Vol. VI Proceedings, University of London King’s College, 1909
  • Les Vikings, Regis Boyer, Tempus, 2015
  • Christys, Ann (27 August 2015). Vikings in the South: Voyages to Iberia and the Mediterranean. Bloomsbury Publishing.