Des Sa’ūd face aux Anglais

En 1217H (1803), un certain Sa’ūd (deuxième du nom) devenait le nouveau souverain de l’Emirat du Nejd. Aussi habile dans les armes que dans les débats théologiques, il est l’archétype du commandeur incarnant aux yeux de ses hommes l’État et la Loi. Au front en Irak, il renouvelle son alliance avec les Qāsimī du Bahreïn avant de porter ses fusils contre l’imam de Mascate en Oman. Finançant les expéditions maritimes des pirates locaux, Sa’ūd rentre à ce moment en conflit direct avec les Anglais. Désireux de contrôler l’ensemble des routes maritimes menant à l’Inde, les Anglais sont à cet instant tout autour de l’Arabie; ils ont des pions en Asie Centrale et en Afrique, et lorgnent l’Arabie. Aucunement effrayé par l’armada déployée par ces derniers en mer, Sa’ūd ose alors imposer des taxes aux bateaux anglais de l’East India Company. Les Qāsimī réussissent même, par un habile tour de bras, à capturer quelques-uns des plus puissants bateaux de guerre anglais. Les Anglais subissent tant de perte qu’une violente riposte – la campagne de 1809 – est aussitôt menée en mer après laquelle ils arrivent à enfin tenir les Arabes à distance. Il faudra attendre près d’un siècle avant que de nouveaux échanges aient lieu entre les deux puissances.

Renaud K.


Pour en savoir plus :

  • Textes et contexte du wahhabisme, Aissam Aït Yahya, Nawa Editions, 2017
Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.