Des compagnons et pieux prédécesseurs avant l’islam

Salman al Farisi fut avant sa conversion à l’islam, et avant son passage par le christianisme, un dévoué Zoroastrien. Il lui arrivait de rester des heures durant devant leur feu sacré pour en attiser les flammes à chaque fois qu’elles risquaient de s’éteindre.

Syrin, père du docte Mohammed ibn Syrin, ainsi qu’Hamran, plus tard conseiller du 3ème calife Othman, et Nussayr, futur conquérant de l’Afrique du Nord et père de Moussa ibn Nussayr qui donnera alors l’ordre de gagner l’Espagne ; furent tous trois avant leur entrée en islam, des captifs de guerre lors des campagnes menées par Khalid ibn al Walid en territoire irakien. Ils avaient alors été pris dans un monastère, où encore jeunes, ils étudiaient la théologie chrétienne.

Tulayha, connu pour avoir, sous le califat d’Omar, lors de la bataille de al-Qadisiyyah, traversé 12 km du camp ennemi de nuit sans se faire prendre et en revenir accompagné d’un captif et des chevaux ; ne fut avant sa conversion, rien de moins que l’un des faux prophètes auto-proclamés, que le calife Abu Bakr dut combattre lors des guerres d’apostasie. Réintégrant l’islam ensuite, il mourra plus tard sur le champ de bataille parmi les Musulmans.

Al-Housayn ibn Salam, connu sous le nom d’Abdullah ibn Salam, était de ces doctes auprès duquel les compagnons venaient apprendre le Coran. On le savait doux et très savant. Il se convertit le jour où il vu le Prophète, paix et salut soir sur lui. Son nom, il le doit d’ailleurs de lui, qui lui donna après seulement un court échange. Si docte il eut toujours été, il le fut longtemps auprès des seuls Juifs. En effet, avant l’islam, Abdullah ibn Salam fut l’un des rabbins les plus connus de la région de Médine.

Abu Sufyan ibn Harb, père du calife Mu’awiya, et d’Umm Habiba, l’une des épouses du Prophète, paix et salut soient sur lui, a été l’un de ces éminents combattants au service des 3 premiers califes. Il perdit même à deux batailles différentes, ses deux yeux. Avant sa conversion, il n’était rien d’autre que le non moins fameux Abu Sufyan, marié à Hind, dirigeant La Mecque et l’ensemble des batailles menées contre les Musulmans. Rendant l’âme 20 ans après la fin de la Révélation, la prière mortuaire faite sur lui sera dirigée par le calife Othman.

Renaud K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.