Des chiffres, un pape et des Arabes

Posted on Posted inEn bref

Entre le 8 et le 12e siècle chrétien, les Arabo-musulmans connurent ce qu’on nomme communément leur âge d’or civilisationnel. De Bagdad à Cordoue, de Kairouan à Samarcande, les érudits et savants y cherchent, étudient, conçoivent, comme ils développent et démocratisent ce que d’autres avaient su réaliser plus tôt. Ainsi de la culture du sucre, de la fabrication du papier ou de la conception de l’astrolabe; repris respectivement aux Perses, Chinois et Grecs avant d’être améliorés. Entre autres avancées majeures, les Arabo-musulmans allaient aussi révolutionner le monde des mathématiques par l’introduction à l’Ouest des chiffres que nous connaissons. Ce système décimal avait alors l’originalité de se présenter sous la forme de 9 chiffres et d’un zéro. Récupérés des Indiens, ils ont été introduits au monde musulman par l’intermédiaire des traducteurs et savants des 2e et 3e siècles de l’hégire, qui à l’époque vouaient une véritable passion pour l’Inde et ses savoirs. Il reste néanmoins quelques hésitations quant à savoir qui fut le premier à avoir réalisé cette passation entre les célèbres mathématiciens al-Fārisī et al-Khwārizmī. Ces chiffres, ensuite repris et redessinés au travers de son passage par l’Espagne musulmane, vont autour de l’an mille de l’ère chrétienne finalement tomber dans les mains de Gerbert d’Aurillac, futur pape de Rome nommé Sylvestre II. Revenu en terre franque après des études menées dans les cités ibériques reprises aux musulmans, il va tout simplement imposer lesdits chiffres à toute l’Europe dès son ascension à la tête de l’Église, en les nommant – puisque pris aux musulmans locaux – les chiffres arabes. Les savants arabo-musulmans avaient par ailleurs traduit le terme sanskrit de shunya (vide/zéro) par sifr. Sifr qui donnera, en traversant la Méditerranée, le terme de chiffre, s’appliquant lui non pas qu’au zéro, mais à tous les autres.

 

Renaud K.


Pour en savoir :

  • Roshdi Rashed, Histoire des sciences arabes (3 volumes), Le Seuil, Paris, 1997
  • Ahmed Djebbar, L’âge d’or des sciences arabes, Le Pommier, 2013
  • Jean C. Baudet, Histoire des mathématiques, Vuibert, Paris, 2014.