Delhi, une capitale de l’Islam


“(…) la fin du Moyen-âge signe la perte d’influence de Delhi. A l’image de la désintégration d’al-Andalus plus tôt, la région se morcelle et plusieurs états islamiques régionaux sortent de terre, ainsi du Kashmir, du Bengale, du Gujarat, de Malwa ou des cinq sultanats du Deccan. Il faudra l’arrivée de nouveaux conquérants venus d’Asie centrale pour refaire de la cité celle qu’elle était, ou presque. C’est avec le célèbre Babur l’ère des Grands Moghols qui démarre. Delhi n’est plus la capitale de ce nouvel Empire de l’islam, mais elle brille encore de mille feux; plus particulièrement sous le règne de l’illustre Awrangzīb. Cinquième sultan de l’Empire moghol et le plus orthodoxe de tous, son règne de 49 ans permet à l’Inde musulmane de se hisser à la première place des puissances mondiales d’époque. Delhi est au coeur d’un Empire de 4 millions de kilomètres carrés et peuplé de plus de 158 millions de sujets. Avec un PIB dix fois supérieur à celui de la France de Louis XIV, l’Inde musulmane offre le meilleur dans la plupart des domaines. Des rangs savants sortent à cet instant l’illustre Shāh Walīullāh Dehlawī, auteur prolifique, pamphlétaire et théoricien du Jihad resté dans les annales de Delhi. (…)”

Ceci est un extrait issu du N°6 de Sarrazins, en vente ici :

Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.