Al Farghani, la muse de Christophe colomb

Posted on Posted inEn bref

Astronome persan de renom, Al Farghani (m.247H/861) rédigea un classique de l’astronomie médiéval terminé vers 243H (857) : Kitab fi Jawani (Compendium sur la science des astres). Avant tout un abrégé, corrigé, de la cosmographie du Grec Ptolémée, Al Farghani proposa dans cet ouvrage et en d’autres de nouvelles valeurs concernant l’orbite terrestre et les distances des planètes à la Terre. Ayant été appelé par le calife abbasside Al Ma’mun lors d’un vaste programme d’observations célestes et de mesures de la terre qu’il avait entrepris, le savant persan recalcula par ailleurs la circonférence de la Terre. Mise au latin par les Européens Gérard de Crémone et Jean de Séville au 12ème siècle chrétien, l’oeuvre de celui qu’on appelle alors Alfraganus à un impact considérable en Europe, notamment lorsque Johannes de Sacrobosco en reprend les grandes lignes pour son livre La Sphère, qui connut plus de 200 éditions les siècles suivants. 

Le calcul du degré de latitude proposé par Al Fargani sera peu après repris par Christophe Colomb lorsqu’il s’attela à recalculer la circonférence de la Terre. Parlant en mille nautique, Colomb crut qu’il parlait alors en mille romain. C’est en convertissant par erreur les calculs d’Al Farghani qu’il estima à 45 milles nautiques la distance entre son port de départ et les Indes par l’Atlantique. C’est ainsi convaincu que le navigateur entreprit son voyage, qui allait finalement lui permettre de rallier l’Amérique en 898H (1492). 

Renaud K.