Al-Battānī, prince des astronomes

Posted on Posted inEn bref

Abū ʿAbd Allāh al-Battānī est un célèbre astronome musulman né au milieu du 9e siècle chrétien dans l’actuelle Turquie. Fils de Sabéens – parmi lesquels se trouvaient de nombreux érudits des astres – il va tant repousser les limites de l’astronomie qu’on l’avait surnommé le « Ptolémée des Arabes ». On lui doit notamment le traitement de la division de la sphère céleste, la découverte du mouvement de l’apogée du soleil et des calculs novateurs quant à l’inclinaison de l’axe terrestre. Son Kitāb az-Zīj al-Sabi (le Livre des tables sabéennes), composé de 57 chapitres et traduit en latin dès 509 de l’hégire (1116), est un des ouvrages arabes ayant le plus influencé l’astronomie européenne. Le manuscrit original de Platon est encore conservé à la bibliothèque du Vatican. Il avait encore mis en évidence la variabilité du diamètre apparent du Soleil et de la Lune, l’amenant à considérer comme possibles, les éclipses annulaires (lorsque la Lune se glisse entre la Terre et le Soleil et que le diamètre apparent de la Lune est légèrement inférieur au diamètre apparent du Soleil);, il avait proposé un calcul de la durée de l’année d’une précision jamais atteinte, à 2 minutes et 22 secondes près celle d’aujourd’hui. Copernic le citera, sous le nom latin de Machometi Aracenfis, dans son Revolutionibus orbium coelestium, rédigé sept siècles plus tard. Rendu populaire jusque dans la culture pop, on retrouvera bien plus tard son nom dans la série télévisée américaine Star Trek, dans laquelle un vaisseau nommé USS al-Batani pouvait être trouvé.

 

Renaud K.