Al-Azhar, l’université millénaire

Mosquée parmi les plus anciennes d’Afrique du Nord, al-Azhar a été achevée en 972 de l’ère chrétienne dans la ville du Caire. Elle est alors l’œuvre du pouvoir fatimide, plus importante dynastie chiite médiévale, qui par l’entremise du célèbre général Jawhar al-Siqillī – un sicilien converti à l’ismaélisme – avait dominé l’Égypte et les régions limitrophes durant près de trois siècles. Bâtie pour le quatrième calife fatimide al-Muʿizz li-Dīn Allāh, al-Azhar avait valeur à marquer dans le marbre la réussite de la dynastie. Le Caire est d’ailleurs une autre des créations des Fatimides, une immense cité en devenir qui avait elle vocation à concurrencer sa voisine Fustat, ancien fief local de la dynastie sunnite des Abbassides. D’abord nommée Jāmi’at al-Qāhira, elle adopte vite le nom d’al-Azhar – une allusion possible à Fāṭima al-Zahrāʾ, fille du Prophète Muḥammad ﷺ – avant d’intégrer une école – dār al-`ilm – choyée par le calife fou al-Ḥakīm qui y fait venir des savants de toutes les disciplines possibles. Entretenue par de riches mécènes, elle est durant son premier siècle le centre de la propagande chiite et fatimide jusqu’à ce que le célèbre Ṣalāḥ ad-Dīn ne mette fin à leur règne et refasse du sunnisme la Loi en Egypte, autour et ainsi à al-Azhar. Devenue depuis une université réputée, al-Azhar est encore aujourd’hui le lieu de passage de bien des étudiants et érudits de l’islam. 

Renaud K.


Pour en savoir plus :

  • M. Zeghal, Gardiens de l’islam. Les oulémas d’Al-Azhar dans l’Égypte contemporaine, Presses de Sciences politiques, Paris, 1996.
  • J. Jomier: Art. “al-Azhar” in The Encyclopaedia of Islam.
  • Marius Canard, « Fâtimides », Encyclopédie de l’islam, seconde édition, vol. 2, 1965
Fermer
Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produits dans votre panier.