Par principe, tout ce qui est plus néfaste que bénéfique pour la santé est selon le droit musulman interdit (haram), ou au moins détestable (makrouh). C’est ainsi que par analogie, les savants de l’islam ont, parfois une fois la science s’étant prononcée, appelés les croyants à rapidement délaisser tant le tabac, que les autres drogues diverses et variées. Le tabac tue ! Les drogues n’en parlons même pas. L’alcool, nous le savions déjà. Mais il existe une chose tuant plus encore que toutes ces substances. Une chose touchant tant les croyants que le reste des gens, et que d’un côté comme l’autre on ne semble que trop prendre à la légère : la bien nommée malbouffe.

La malbouffe, démocratisée par toutes ces enseignes du fast food et autres industriels, tue en effet énormément. Favorisant le développement du diabète et de l’obésité, la malbouffe est aussi derrière bien des cancers (sein, colon, pancréas), maladies cardio-vasculaires, hypertensions artérielles, cirrhoses du foi ou cholestérols. Psychologiques et cérébraux sont aussi de plus en plus souvent les dégâts. À compter l’ensemble des victimes de ces différents maux, on arrive ainsi à des chiffres mirobolants. Selon l’Institut de mesures et d’évaluation de la santé, dans le monde, 21% des morts évitables seraient dues à une mauvaise alimentation. À titre d’exemple, près de 15 millions de personnes meurent chaque année suite à des troubles liés à l’obésité et à l’hypertension artérielle, contre deux fois moins pour le tabac.. (chiffres issus de l’étude “Global Burden of Disease”)

Gravement nuisible à la santé, nous sommes pourtant nombreux à avoir adopter cette façon toute moderne de se nourrir. Plats préparés, aliments transformés (nuggets, barres au chocolat), sucreries ou autres sandwichs ; ce sont autant d’additifs, de colorants, de sel, d’huiles et graisses diverses que nous avalons ainsi chaque jours. Des additifs, on en compte parfois une cinquantaine dans certains Milkshakes ; plus d’une dizaine dans d’autres cordons bleus. Sûrement le plus criminel d’entre ces composants : le sucre. On en trouve presque partout. À peu près 10 morceaux dans une canette de soda ; jusqu’à 18 dans une glace en pot… Déjà qu’en mangeant plus sainement nous ne somme pas à l’abri d’hormones, pesticides et médicaments se glissant en nos assiettes…

Aussi dangereuse soit-elle, cette alimentation ne fait pourtant parmi nos cercles savants et musulmans l’objet que de peu de mises en garde. Et encore moins d’une diabolisation toute méritée. Nous allons pourtant être nombreux à sûrement en souffrir comme à en mourir. Les chiffres nous montrent même que mal manger s’avère au final plus néfaste encore que de fumer ou, d’un point de vue sanitaire, boire d’ennivrants breuvages. À quand une certification haram de ce « way of life » menant droit à la graisse, à la paresse et à la mort ? Nous ne sommes, à en observer les initiatives culinaires en lesquelles se lancent tant d’entrepreneurs musulmans, apparemment pas prêts du tout. Du Burger, du Kebab, du sandwich, de la pizza ; on croirait le musulman propre à ne manger dehors que ce qui le rendra plus gros et plus malade. Même en nos repas familiaux. Cherche-t-on seulement à mieux manger ? Voyons donc cela autour d’un verre de sélecto ou d’un thé noyé dans ses 4 morceaux de sucre…

Notre corps est un dépôt ! Que dirait le Messager d’Allah, paix et salut soient sur lui, en nous voyant nous tuer à petit feu en ingurgitant de pareilles choses ? Que dirait-il en nous observant se faire de l’argent en en faisant commerce ? En nous voyant nourrir nos enfants ainsi…? Allah soit loué, de plus en plus de musulman(e)s engagés tentent de sensibiliser les leurs au travers de sites, blogs (peut-on citer entre autre OummaBio, Muslim’Fit) et travaux divers. De bien nobles initiatives populaires. Pourquoi ne pas aller plus loin et sensibiliser nos doctes en leur soumettant l’idée de peut-être davantage se pencher sur ce fléau avant qu’il ne soit trop tard..?

Renaud K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *