Mahmoud Tammam et l’arabe vivant

Posted on Posted inEn bref

L’arabe, sous ses différentes formes, est la langue parlée par plus de de 300 millions de personnes dans le monde. Langue de l’islam et de la dernière – et universelle – des Révélations, elle est aussi et surtout la langue connectant l’individu au Divin de plus d’un milliard de terriens ceci allant du Maroc à l’Indonésie. 

Son caractère unique et sa beauté ont depuis forcé l’admiration de tout un monde, musulman ou non, invitant spécialistes et intéressés tant à la forme qu’au fond de la langue – selon la tradition musulmane – des élus du Paradis. 

Langue avant l’ère islamique connue de peu en dehors de l’Arabie, elle est en quelques années, il y a 14 siècles, passée du statut de langue orale à celui de langue de l’écriture par excellence. Taillée pour la poésie et les belles lettres, elle est alors pour la calligraphie un terrain sans fin. 

Mahmoud Tammam, un désigner égyptien, a ainsi eu une idée originale pour permettre à un plus ludique apprentissage de cette langue : rendre vivant le mot en le faisant coïncider avec ce qu’il représente. Ou comment la calligraphie se met au service de l’apprentissage. 

Observez :

Renaud K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.