L’Envoyé d’Allah ﷺ, jeunesse et tribulations

« Le maître des Envoyés ﷺ naquit dans le vallon des Beni Hashim à La Mecque (…) le neuvième jour du mois de Rabi al awwal, au cours de l’année de l’éléphant (…). Cela correspond au vingt ou vingt deux avril de l’an 571 (…).

(…) L’imam Ahmed a également rapporté que des signes précurseurs de la mission apostolique de Muhammad ﷺ ont accompagné sa naissance : 14 tours du palais de Chosroes 1 se renversèrent, le feu des Mages s’éteignit, et quelques Églises s’effondrèrent près du lac Sawa qui se tarit.

(…) Dès la naissance de Muhammad ﷺ, sa mère fit porter la bonne nouvelle à Abd al Muttalib, grand-père du Prophète. Ce dernier (…) l’introduisit dans la Ka’ba où il pria Dieu et Le remercia. Abd al Muttalib l’appella Muhammad, nom qui était, à cette époque, peu courant chez les Arabes. Au 7ème jour, il le circoncit conformément à la coutume des Arabes. La première femme qui l’allaita en dehors de sa mère fut Thuwwayba, une esclave d’Abu Lahab.

Les Arabes citadins avaient l’habitude de donner leurs enfants en nourrice en dehors de La Mecque pour qu’ils puissent grandir dans les étendues désertiques illimitées et saines, se forger un corps robuste et acquérir la maîtrise de l’arabe. Le Prophète ﷺ fut confié à Halima. (…) Le Prophète resta ainsi (…) jusqu’à ce qu’il eut atteint l’âge de 4 ou 5 ans. C’est vers cet âge, (…) d’après Anas, qu’eut lieu l’événement de l’ouverture de la poitrine de Muhammad ﷺ (…). Alors que le Prophète ﷺ jouait avec ses pairs, l’Ange Gabriel se saisit de lui, ouvrit sa poitrine et retirant de son cœur un caillot de sang il dit : « Cela représente l’emprise de Satan sur toi ». Puis il lava le cœur avec de l’eau de zamzam dans un récipient en or, le replaça dans la poitrine et remit tout en ordre. Des enfants vinrent prévenir Halima en disant : « On a tué Muhammad ». Ils retournèrent alors précipitamment auprès de lui ﷺ et le trouvèrent en bonne santé (…). Après cet événement, Halima devient inquiète pour l’enfant et le ramena chez sa mère auprès de laquelle il demeura jusqu’à l’âge de 6 ans.

Par respect pour la mémoire de son mari, Amina décida de visiter sa tombe à Yathrib. (…) Elle demeura un mois à Médine puis repris le chemin du retour vers La Mecque. Arrivée à un lieu appelé Al Abwa, elle rendit l’âme. Abd al Muttalib ramena le garçon ﷺ à La Mecque. Sa compassion pour son petit fils orphelin augmenta au point qu’il fut avec lui d’une douceur que jamais il ne manifesta à aucun de ses enfants. (…) Lorsque Muhammad ﷺ a atteint l’âge de 8 ans (…) Abd al Muttalib mourut à La Mecque. Mais avant de mourir, il confia la garde de son petit fils à Abu Talib qui était le frère germain de Abd Allah le père de Muhammad ﷺ.

Abu Talib s’acquitta de la meilleure manière possible de ses devoirs envers son neveu. (…) Pendant plus de 40 ans, Abu Talib apporta à son neveu ﷺ soutien et protection, prenant toujours parti pour lui. (…)

D’après de nombreuses sources, le Prophète ﷺ aurait, pendant sa jeunesse, gardé des moutons pour le compte de gens de Béni Sa’d et de La Mecque moyennant un petit salaire. À l’âge de 25 ans, il se rendit en Syrie comme commerçant pour le compte de Khadija (…) une femme riche et noble. (…) Lorsqu’elle entendit parler de la sincérité, de la probité et de la haute moralité du Prophète de Dieu ﷺ, elle le fit venir et lui proposa de diriger une caravane qu’elle voulait expédier en Syrie. (…) Acceptant cette mission, le Prophète ﷺ partit en compagnie de Maysara, l’esclave de Khadija. (…) de retour à La Mecque, Khadija remarqua que les bénéfices matériels de ce voyage étaient plus importants qu’habituellement. (…) Maysara lui parla des belles qualités (…) de Muhammad ﷺ. Khadija, qui avait jusqu’alors repoussé les avances pour le mariage que lui avaient fait les seigneurs de La Mecque, sut que Muhammad ﷺ était l’homme qu’elle recherchait. (…) Deux mois après son retour de Syrie, le mariage fut conclu (…). La dot fut fixée à 20 jeunes chamelles. Khadija était alors âgée de 40 ans et était considérée comme étant la femme la plus éminente du point de vue de son lignage, de sa richesse et de sa sagesse. Elle fut la première épouse du Prophète ﷺ, et jusqu’à sa mort, celui-ci ne prit aucune autre femme.

Tous les enfants du Messager de Dieu ﷺ furent mis au monde par Khadija, hormis Ibrahim. Le premier de ses enfants fut Al Qasim (…). Ensuite, naquirent Zaynab, Ruqayya, Umm Kulthum, Fatima et Abd Allah (…). Tous ses fils moururent dans leur enfance et toutes ses filles, excepté Fatima moururent de son vivant. Fatima mourut 6 mois après son père ﷺ. Toutes des filles embrassèrent l’islam et migrèrent à Médine.

Les contemplations auxquelles se livrait le Prophète ﷺ creusèrent le fossé qui le séparait de son peuple. Lorsqu’il eut presque la quarantaine, il prit goût à l’esseulement. Il se rendait à la grotte de Hira, sur le mont d’an Nur, munit pour toute provision de sawiq et d’eau. (…) Il partageait sa nourriture avec les nécessiteux qui venaient le voir et se consacrait à l’adoration et à la Méditation sur l’univers et sur la puissance créatrice qui l’avait tiré du néant. L’associationnisme de son peuple (…) ne pouvait pas apaiser son cœur. Il n’avait cependant devant lui ni voie claire ni méthode précise ni direction droite qu’il agréerait et qui lui redonnerait confiance. (…) Cette intense et riche expérience spirituelle dura trois années.

Lorsque Muhammad ﷺ reçut ses 40 ans (…) les signes de la Prophétie commencèrent à apparaître ; il s’agit des visions véridiques qu’il connut durant 6 mois (…). Lors du mois de Ramadan de la 3ème année, Dieu voulut que Sa Miséricorde se répandit sur les habitants de la Terre, ainsi Muhammad ﷺ fut-il honoré du Prophétat et reçut les premiers versets du Coran »

 

ٱقْرَأْ بِٱسْمِ رَبِّكَ ٱلَّذِى خَلَقَ ﴿١﴾خَلَقَ ٱلْإِنسَٰنَ مِنْ عَلَقٍ ﴿٢﴾ٱقْرَأْ وَرَبُّكَ ٱلْأَكْرَمُ﴿٣﴾ٱلَّذِى عَلَّمَ بِٱلْقَلَمِ ﴿٤﴾عَلَّمَ ٱلْإِنسَٰنَ مَا لَمْ يَعْلَمْ﴿٥﴾

 

Extraits de Le nectar cacheté, de Safiyyu Ar Rahman al Mubarakfuri, éditions Maison d’Ennour, pages 83 à 102.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.